Agnès

Agnès Europe

4 enfants et déjà 4 petits enfants européens.

J’ai toujours eu à cœur, dès lors que mes enfants étaient autonomes, et que mes affaires roulaient convenablement, de consacrer du temps à la société qui m’a beaucoup donné.

Ayant étudié la médecine à la Salpêtrière, j’ai travaillé avec les damnés de la terre, ceux qui demeuraient enfermés dans leurs corps sous les combles du Pavillon Duchêne de Boulogne. C’est sûrement ce qui m’a engagée parmi les fondateurs du premier Téléthon (1987). Cette aventure qui, enfin, débouche sur des thérapies…

A Boulogne, parent d’élève, déjà » indépendants », petit à petit, j’ai eu envie de faire plus pour ma ville et pour mes voisins… Et peut-être aussi de renouer avec un arrière-grand-père conseiller municipal d’opposition à André Morizet et administrateur de la maison des Abondances.

En 1995, j’ai rejoint Jean Pierre-Fourcade sur une liste où nous étions tous motivés et déterminés à sortir la ville de l’impasse où l’indécision de Paul Graziani l’avait plongée. J’ai beaucoup appris en travaillant sous son aimable « férule », et je lui garde une affection et une estime considérables.

Elue depuis 1995 à Boulogne Billancourt, j’ai fait de mon mieux, souvent de très petites choses, au service des Boulonnais. Ça m’a pris beaucoup de temps et d’énergie, pour un rendement ténu… Et oui, le travail, dans la politique locale, devrait inciter à la modestie. J’ai été secrétaire de circonscription RPR puis UMP de 1999 à 2003… Puis j’ai passé la main, car je suis convaincue qu’il ne faut pas cumuler les mandats ni les assumer trop longtemps, sous peine de tarir l’imagination et la volonté. Ça peut m’arriver de le regretter. J’ai vraiment l’impression qu’à Boulogne, l’habitude, les ambitions personnelles et les petites combines ont sapé l’enthousiasme militant. S’il n’y avait qu’à Boulogne!

Parallèlement, je travaille à faire comprendre que l’Europe est l’avenir de notre pays, que c’est LA solution et non pas le problème. Après avoir monté le Mouvement Européen de Boulogne Billancourt, j’ai été élue Présidente du Mouvement Européen 92, puis de l’Ile de France. La roue tourne et je me réjouis que Denis Badré, maire de Ville d’Avray, ancien sénateur, représentant la France au Conseil de l’Europe ait accepté de me succéder. Un retour au militantisme de base me conservera de la fraîcheur. Ce mouvement, c’est le plus petit dénominateur commun aux hommes de bonne volonté, de tous les partis démocratiques. On y côtoie, Jean-Marie Cavada, Dany Cohn-Bendit, Pierre Moscovici, Patrick Devedjian … et tant d’autres qui laissent leurs présupposés au vestiaire en arrivant dans le débat.

Enfin, je me suis engagée, (à la demande de mes parents et en pensant à ceux pour qui la médecine demeure en échec) pour l’amélioration et la précision de la loi Léonetti, pour permettre le dernier choix, la dernière des libertés, avec l’Association pour le Droit à Mourir dans la Dignité.

Voilà… A Boulogne Billancourt, la force « obscure » de la paranoïa des petits politiciens locaux me tient en éveil, et n’ayant aucune ambition que de faire valoir l’intérêt général, rien ne retient ma voix quand il est pris en otage.

C’est dans ce cadre que je me suis mobilisée pour protéger l’école Billancourt de la destruction à laquelle le maire l’avait promise pour « valoriser » une partie de son terrain auprès de promoteurs privés… et pour sauver les espaces verts de la ville dont le parc des Glacières et le terrain de la CAT.

Je suis membre de la commission d’appel d’offre, du conseil d’administration de la caisse des écoles, et suppléante aux conseils d’administration du collège Bartholdi et du lycée Prévert.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti robots * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.