Seguin/Renault : liens avec l’Histoire

1898  Renault, La grande guerre, la suivante et après.  Archives (Renault, CGT, A2) retraçant l’histoire des usines Renault.

La tragédie de Louis Renault : RENAULT : un mot célèbre aux plans commercial et technique, mais qui a fini par occulter une réelle tragédie humaine, le mot « tragédie » étant à prendre quasiment au sens grec : celle de Louis RENAULT, fondateur et dirigeant jusqu’en 1944, année de sa mort, de l’entreprise qui porte son nom. Alain DECAUX trace un portrait haut en couleurs, incroyablement passionnant, de ce personnage singulier, taciturne et bourru, autocrate et inventeur génial, travailleur infatigable, mari passionné et déçu, n’ayant eu finalement qu’un seul amour : son usine. Mais c’est aussi le le premier demi-siècle de l’industrie automobile française qui est constamment présent, y compris la période de l’occupation allemande, dramatique pour cette même industrie et qui devait causer la mort de Louis RENAULT dans les prisons de l’Epuration. Le récit de DECAUX s’appuie sur d’assez nombreux documents d’époque (photos et films): voir le champ « séquences ».      – Le récit d’Alain DECAUX : Louis RENAULT, fils d’un négociant en tissus, travaille chez le constructeur automobile DELAUNAY-BELLEVILLE ; court historique des débuts de l’automobile ; RENAULT invente la « prise directe » qui permet la transmission de l’énergie du moteur sans l’intermédiaire de chaînes ; portrait psychologique de Louis RENAULT ; sa première voiture, la « voiturette »; les débuts de son entreprise qui s’agrandit rapidement (600 ouvriers en 1903); les succès en course des voitures RENAULT, interrompus après quelques années par la mort accidentelle en course de Marcel RENAULT, un des frères de Louis ; précisions concernant la vie privée de RENAULT, sa première fiancée, la chanteuse Jeanne HATO ; l’énorme progression de la production entre 1899 (71 voitures) et 1908 (4600 voitures); le rôle des chars RENAULT en 1918 ; apparition de sa femme, Christiane, et précisions sur leur couple, qui se délite au cours des années ; 1936 : occupation des usines par les ouvriers ; le drame de l’Occupation : RENAULT accepte de continuer à produire sous contrôle allemand : diverses précisions intéressantes ; étude (malgré l’interdiction allemande) de la 4 CV ; la Libération approche, RENAULT n’a pas conscience du danger malgré les mises en garde ; il est arrêté pour collaboration en septembre 1944 ; son état de santé se dégrade terriblement ; il meurt quelques jours avant son procès. DECAUX pose la question : y a-t-il eu assassinat ? Il semble que oui, compte tenu du résultat de l’autopsie obtenue par sa femme une dizaine d’années plus tard (fracture de vertèbre cervicale); un témoignage va également dans ce sens. Cet assassinat aurait été une sorte de « raison d’Etat »: au procès, auraient été également accusés ses ouvriers et ses collaborateurs… DECAUX ne se prononce pas formellement.

Histoire  de Renault les fonds de l’INA sont profonds, insondables… allez vous y promener à la recherche des rèves perdus des Renault et de Seguin.

Ne pas désespétrer BillancourtA l’occasion de la mise en vente des actions Renault, retrospective et histoire de la Régie Renault. – Photo Louis RENAULT. Photo de sa maison et de l’atelier où il construisit sa première voiture. photo de la première voiture. – Commentaires de Marc GUILBERT, ancien ouvrier de la régie, responsable du musée de Boulogne Billancourt. – Images archives NB, debut du siècle, pont de la Concorde, circulation devant l’assemblée Nationale, place Vendôme. Chaine de fabrication des voitures. – GP 4CV. Images archives (en couleur) chaine de montage. – Images archives NB, 1968 « ne pas désesperer Billancourt », SARTRE, Simone de BEAUVOIR. – PE ile Seguin, atelier de la régie. – Spot pour la plus mauvaise vente de la marque : la voiture en forme de poire, la Renault 14.

1989 : Dans 2 ans, l‘usine RENAULT BILLANCOURT doit fermer ses portes dans 2 ans, et les ouvriers se verront proposer différentes possibilités de reclassement dans d’autres usines de la société. – DP d’une chaîne de montage dans un atelier, ouvriers au travail. – Ouvriers arrivant à l’usine, distribution de tracts, vente de l’Humanité à l’extérieur. – PANO façade de l’usine sur l’ile Seguin. – Itw MICHEL PRADERY (directeur du personnel et affaires sociales) sur les propositions de reclassement qui seront faites ou d’aide au retour pour les immigrés. – Autre plan extérieur de l’usine.

DERNIÈRE AUTOMOBILE DE BILLANCOURT : Actualités régionales Ile de France – 27/03/1992 – 01min51s 1390 vues

 Aujourd’hui, la dernière voiture Renault est sortie des chaînes de l’usine de Boulogne Billancourt qui fermera ses portes dans quelques jours. Emotion des derniers ouvriers.La dernière voiture Renault est sortie des chaînes de Billancourt et l’usine de l’île SEGUIN va définitivement fermer ses portes. L’usine avait été construite en 1929 et près d’un million d’ouvriers s’y sont succédé.Bara BOULKAFA, soudeur, est bouleversé. Bernard LEFEVRE, agent de gestion, trouve cela indécent ( « les cadres sont contents, c’est tout juste si le directeur de l’usine ne fait pas la fête « ). Bernard LE GUELAFF, fraiseur outilleur est indigné par l’absence de respect vis à vis des ouvriers et ne peut retenir ses larmes.
Lisez aussi le très beau livre : Ile Seguin des Renault et des Hommes de Jean-Louis Loubet, Alain Michel et Nicolas Hatzfeld aux éditions ETAI. Les archives de Renault sont très simplement illustratives d’un texte clair et simple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti robots * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.