On reparle de Guéant à Boulogne

Qui a payé une part de sa campagne ?

Un article du parisien et RTL nous informent que Thierry Solère a saisi le procureur pour dénoncer le financement de la lettre du maire datée du 3 janvier 2012. 2012 lettrePCB GUéantCe document, signé du député maire Baguet, appuyait la candidature de Claude Guéant aux élections législatives. D’après Thierry Solère, ce 4 pages imprimé recto verso, dans une enveloppe imprimée collée et distribuée dans toutes les boites à lettres de la commune aurait pu être payée par la Ville  à un imprimeur d’Issy-les-Moulineaux. Cette lettre d’un troisième type, mélangeant la candidature et le Ministre de l’Intérieur,  nous avait tellement surprises à l’époque, que nous l’avions soumise à constat d’huissier 11/01/2012.

Une instruction judiciaire est ouverte

20111230Accueil-BB-06-01-12Parallèlement, cette lettre a figuré à la une du site web de la ville pendant quelques jours, (capture d’écran du 6/01/2012) et j’avais demandé, en conseil municipal suivant, au maire d’ouvrir le site municipal à égalité à tous les candidats aux législatives 2012. Demande demeurée sans réponse, et sans effet.

Puis, le député maire, nous apprenait dans un article du JDD sur le web (écran constaté par huissier le 13/01/2012) qu’il avait financé ces frais de ses propres deniers. Ce qui est 100% irrégulier, car, comme tout le monde le sait, un particulier ne peut apporter plus de 4600 €* à une campagne électorale.

Tout le monde le sait, sauf le maire Pierre-Christophe Baguet et le député Baguet Pierre-Christophe, député réputé avoir fait les lois de la France entre 1997 et 2012… Ca fait rire alors que ça et devrait faire peur !UMP3

Aujourd’hui qu’il est attaqué, il avance dans son communiqué de presse qu’un cabinet d’avocat lui a « déconseillé de faire cette dépense sur ses fonds personnels. » (sic!) Cette candeur attendrissante du maire pourra-t-elle nous réserver, en 2014, d’aussi amusantes surprises, alors qu’il est personnellement candidat à sa succession?

Conclusions:

1) La justice explorera si la ville a payé une partie de cette campagne et s’il y a eu ou non détournement de fonds publicsRibey Prissy imprim guéant

2) L’UMP est un mauvais payeur, qui n’aurait réglé en juin 2012 qu’une petite moitié de facture d’une commande de fin 2011 et qui en doit encore le solde, plus d’un an après son exécution. Etonnez-vous que les entreprises françaises soient malades avec un si long crédit fournisseur!!! (rappelons que le crédit fournisseur légal est de 45 jours net).

3) Qui paye les avocats qui conseillaient et conseillent le maire dans cette affaire alors que c’est la ville qui est mise en cause?

Là c’est presque sûr, c’est nous.  C’est toujours nous qui payons pour les affaires de nos élus… Même si elles sont loin de la gestion quotidienne de la ville. C’est nous qui avons payé les avocats de l’adjointe Belliard, condamnée pour diffamation à l’égard de Jean Pierre Fourcade et Pierre Mathieu Duhamel. Elle a fait appel, et c’est encore nous qui avons rémunéré les avocats de cet appel abusif. Malgré cette défense acharnée, elle a encore été condamnée…

* loi n°2005-1719 du 30 décembre 2005

 

9 comments for “On reparle de Guéant à Boulogne

  1. christopher
    10 février 2014 at 9:18

    Cette histoire est abracadabrantesque!

    Résumé des faits (connus et déduits)
    – Baguet, dont la fragilité psychologique est une caractéristique et l’inquiétude une permanence, exprime inconsidérément qu’il pourrait abandonner sa fonction de député.
    – Guéant, peu motivé à aller se faire élire dans les Yvelines (là où Guaino a réussi)se jette sur cette proposition, et le ministre de l’intérieur force un peu le destin et les envies.
    – Baguet n’a plus le choix! il laisse la place à Guéant et tente de négocier des avantages, tout en regrettant cette situation qu’il ne contrôle plus:
    il exprime son regret dans cette maladroite lettre aux boulonnais, pauvre justification de cette incroyable situation.
    il espère que Guéant élu, le député de Boulogne le soutiendra aux municipales, comme Solère soutient Duhamel.
    Guéant est battu, Baguet est battu avec lui, et il reste l’inquiétude!

    Sur la lettre elle même, ce que vous révélez – en particulier le constat d’huissier – suite aux explications aussi confuses qu’embarrassées de Baguet sur son financement,
    donne une image très levalloisienne des mœurs politiques boulonnaises.

    Vous rappelez justement la Loi qui limite les apports, alors que le coût de la lettre et de sa distribution est très supérieur, alors que le constat d’huissier établit la fanfaronnade de Baguet sur le paiement de ce coût par ses soins, de sa poche.
    Sa poche ou la nôtre?

    Ses conseillers alarmés lui rappellent la Loi, et Baguet se réfugie dans une explication aussi embrouillée que suspecte.
    Nous en sommes là!

    Espérons que la Justice passera….

    Christopher

  2. philippe
    11 février 2014 at 4:25

    De deux choses l’une:
    – ou bien ce montant a été inclus dans les comptes de campagne de Guéant, et tout ce débat est académique, Guéant ayant payé ou remboursé.
    – ou bien il ne figure pas dans les comptes de campagne de Guéant, ceux-ci seraient donc insincères, et ils devraient être rejetés a posteriori et Guéant tenu de rembourser l’Etat.

  3. Agnès Bauche
    11 février 2014 at 6:23

    Je crois que ce n’est pas si simple. Le mandataire de campagne de Guéant n’était pas en poste le 3 janvier, date de distribution de la lettre. Par ailleurs, c’est tout de même à lui de régler toutes les factures, et, éventuellement de collecter les dons et financements sous toutes leurs formes. Il me semble que l’UMP ne devait régler aucune facture, éventuellement renflouer, si besoin avait été, les finances de son candidat officiel malheureux, en cas de rejet partiel ou total des comptes de campagne… par un versement au compte ouvert par le mandataire financier de la campagne. Pierre Gaborit s’était étonné, à cette époque, de ce défaut de mandataire au moment de la distribution de la lettre aux Boulonnais.

  4. 11 février 2014 at 8:03

    M. Baguet, Maire de Boulogne-Billancourt, nous rend la vie impossible depuis des années.
    Je suis responsable associative CNL et mon association œuvre depuis plus de 1O ans pour la rénovation et la réhabilitation de nos logements sur le programme de l’ ANRU (Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine).
    Les travaux devaient commencer il y a 3 ans.
    Mais depuis 3 ans, pas de travaux, aucune réunion, aucune information, nous sommes au point mort et nos logements aussi.
    Si des financements ont été consacrés à ce chantier PHENOMENAL, le moins que nous puissions dire est que nous n’en avons vu ni la couleur ni les effets ! Et nous redoutons que l’ANRU ne mette un terme à l’opération
    M. Baguet joue avec nous, mais nous, nous en avons ras le bol.

  5. philippe
    12 février 2014 at 8:15

    Vous dites
    Agnès Bauche
    11 février 2014 at 6:23
    Je crois que ce n’est pas si simple. Le mandataire de campagne de Guéant n’était pas en poste le 3 janvier, date de distribution de la lettre.

    Votre constat est du 13 janvier, Guéant n’avait toujours pas de mandataire?
    Quelle que soit la réponse, le mandataire de sa campagne devait prendre en compte le coût de cette lettre, même non voulue, même outrancière.
    Qui était le mandataire?
    Je crois que sa responsabilité est engagée? Mandataire ce n’est pas une fonction honorifique!

    Philippe

  6. Agnès Bauche
    12 février 2014 at 8:35

    J’avoue mon ignorance sur la date où le mandataire de guéant a pris ses fonctions. Un juriste de renom, Pierre Gaborit, avait commenté cet épisode de la lettre
    Vous pouvez l’entendre sur You tube

  7. LASSERRE
    12 février 2014 at 11:58

    Bravo Madame BAUCHE,

    Je vous connais depuis plusieurs années et je vous tire un coup de chapeau pour l’acharnement que vous déployez dans votre combat.

    Très cordialement et continuez!!!

    FLASSERRE

  8. 12 février 2014 at 1:09

    Bon boulot Agnès ! La vérité verra la jour.
    Cordialement.Claude

  9. CHANU Antoinette
    12 février 2014 at 3:39

    Merci Agnès, pour la clarté, la rigueur et…l’humour noir !
    Avec mes amitiés. Antoinette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti robots * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.