Municipales : un scrutin de liste? On ne dirait pas.

Voyez les panneaux d’affichage électoraux… Voyez les documents électoraux reçus chez vous hier. Les candidats maires s’affichent en gros avec des sourires affriolants ou carnassiers. A l’exception de Pierre Mathieu Duhamel qui affiche les photos et les fonctions de ses colistiers… on croirait qu’on va élire une personne seule. Et pourtant, il s’agit d’une double élection, celle d’une équipe municipale, et celle d’une équipe pour défendre les intérêts de la communauté d’agglomération Grand Paris Seine Ouest dont dépendent la voirie, l’environnement, les jardins publics, les déchets, la culture, le développement économique, les logements sociaux etc…

Autant dire que le maire ne fixera plus que le prix des cantines et des contraventions… Et pourtant, si ses collègues élus des 8 autres communes de l’agglomération l’acceptent, le maire de Boulogne va devenir le plus puissant personnage après le maire de Paris dans le prochain Paris Métropole à la définition encore floue.

La façon dont chacun présente les membres de son équipe est symbolique de l’envie de jouer perso ou collectif.

Pour certains, auraient-ils honte des colistiers qu’ils se sont choisis? Et… C’est possible, quand vous voyez que la N° 6 de la liste Baguet se pare des plumes de Professeur d’université alors qu’elle est tout juste assistante*, que son N°7 qui s’intitule « société civile » est le plus ancien élu de gauche de la ville, et même de gauche dure, que son N°23 menait la liste socialiste à Longjumeau contre Nathalie Kosciusko-Morizet en 2008…  Pour certains et pour d’autres, la floraison de « consultants » ou de « chargés de mission », que dissimule-t-elle de leurs vrais métiers? Les chefs d’entreprise… de l’auto-entrepreneur à la multi-nationale… Pourquoi ne pas dire? Toutes les expériences sont bonnes à prendre. D’ailleurs, nous aurions apprécié qu’il y eut un chômeur. Il aurait représenté 10% de la population actuelle.  Est-ce que ce « gommage » de l’équipe présage une gestion autocratique limitée à la tête de liste?

En matière d’autocratie, nous venons de vivre pendant 6 longues années,  un maire décidant seul, à l’emporte-pièces, sans concertation, ni avec les Boulonnais, ni avec son équipe, ni avec le conseil municipal, l’information/communication toujours partielle, aménagée et trop tard, (quand elle arrive!).

Et pourtant, la liste arrivée en tête a toujours la majorité (la moitié des sièges et le prorata de la moitié restante). Le maire est donc assuré, s’il se concerte avec son équipe d’élus, d’avoir les pleins pouvoirs pendant la durée de son mandat. Depuis 2008, ses méthodes tyranniques ont tellement dégouté son équipe qu’il a perdu 6 adjoints, mais poursuivi l’exercice solitaire de son pouvoir.

* : Le 20 mars, après notre article, la N° 6 a changé son titre. Elle s’assume aujourd’hui comme « enseignant chercheur ».

 

 

 

2 comments for “Municipales : un scrutin de liste? On ne dirait pas.

  1. 14 octobre 2015 at 1:57

    Quel est le mode de scrutin pour les elections municipales dans les communes de 1 000 habitants et plus ?

  2. Agnès Bauche
    10 novembre 2015 at 10:32

    Depuis 2013, les villages de 1000 habitants et plus ont les mêmes règles que les villes supérieures en nombre, alors qu’avant ce mode de scrutin ne s’appliquait qu’aux villes de plus de 3500 habitants.Voir http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/institutions/collectivites-territoriales/democratie-locale/quel-est-mode-scrutin-pour-elections-municipales-communes-3-500-habitants-plus.html

Comments are closed.