TOP : Les adieux?

projet Brelan d'Arch

projet Brelan d’Arch

Le théâtre devait être réhabilité : Accès handicapé, sécurité, acoustique, visibilité… Pas des travaux de « confort », des travaux nécessaires à un lieu recevant du public comme le montre le dossier sécurité figurant dans le permis de construire affiché sur la façade. Voyez sur le blog de l’architecte le visage qu’aurait pris votre théâtre.

Une affligeante succession d’évènements aboutit à un inéluctable gâchis.

On peut lire et entendre déjà beaucoup d’articles sur la mort inéluctable du théâtre et le départ d’Olivier Meyer

Le Figaro, France Culture, la saga de cet échec annoncé à travers les budgets et les conseils municipaux de Boulogne, les regrets des spectateurs et des acteurs etc…

2 pétitions ou lettres ouvertes circulent pour convaincre le Maire de l’importance du théâtre dans notre ville de 120 000 habitants, 31 è ville de France.

Lettre ouverte pour la sauvegarde du Théâtre

Pétition pour renouveler le mandat de 5 ans à Olivier Meyer

Voici l’enchainement funeste de maladresses qui amène à ce gâchis :

Olivier Meyer remporte en 2005 la délégation de service public de gestion du théâtre, puis reconduit en 2010 à l’unanimité du Conseil Municipal pour 5 ans.

  1. En décembre 2013, le maire présente ce que JP Fourcade a appelé un « budget de Noël » de 48 millions €* d’investissements, et prévient qu’il redoute que la réalité des rentrées financières ne permettront pas la réalisation de ce budget optimiste. Toutes les associations, tous les types d’activités sport, culture etc… sont servis de larges promesses, et 6 millions (HT) sont réservés pour les travaux de modernisation du théâtre, enfin la décision de relancer un appel d’offre pour une délégation de 5 ans est prise à l’unanimité.
  2. L’appel d’offre est lancé. On reçoit une seule réponse : celle d’Olivier Meyer.
  3. Le marché lui est donc attribué mais le maire prévoit une re-négociation de la subvention, compte tenu des contraintes que vont apporter les travaux pendant l’année 2015-2016.
  4. Possibilités d’effectuer une saison théâtrale en même temps que les travaux. Meyer fait une proposition de 2 demi-saisons, l’une dans le TOP et l’autre hors les murs, c’est à dire dans des salles  comme Landowski (salle de conférence) ou salle du Carré Bellefeuille.
  5. La saison hors les murs sera allégée, car les salles doivent continuer aussi leurs activités régulières.
  6. Donc la subvention sera allégée aussi de 25% . Meyer est d’accord.
  7. Par ailleurs, le maire a décidé de réduire les subventions à toutes les associations boulonnaises de 5% pour cause de restrictions budgétaires. Donc -5% s’ajoutent ou plutôt se retranchent en plus. Meyer est d’accord.
  8. Il commence à travailler très en amont à une programmation tenant compte des contraintes ci-dessus et réserve les artistes etc…
  9. Début janvier 2015, la ville lui propose une convention fondée sur les éléments ci-dessus. Il la signe aussitôt, et la renvoie en mairie pour signature du maire.
  10. Le retour ne vient pas. On est en pleine campagne électorale pour les départementales.
  11. Fin février 2015, Meyer est reçu en mairie et s’entend annoncer que pour raisons budgétaires, les travaux ne seront pas effectués.
  12. A la fin mars, Le service affaires juridiques et marchés annonce à Meyer que la convention ne vaudra que pour un an et non 5 ans.
  13. Olivier Meyer considère que cela ne correspond pas au marché pour lequel il a candidaté, qui avait un cahier des charges très précis et jette l’éponge.
  14. 15 salariés du théâtre dont 3 depuis 30 ans seront au chômage le 30 juin 2015, date de la fin de la saison et de la fin du mandat de Meyer 2010-2015.

Il est trop tard pour chercher un autre opérateur et le maire refuse de faire assurer l’année prochaine en régie municipale en accueillant des spectacles extérieurs = PAS DE SOLUTION.

Gâchis !!!  Méconnaissance de l’attachement des Boulonnais à ce théâtre, et de la nécessité de cette culture classique autant que moderne et créative pour ses habitants. (Notamment les collégiens et lycéens, qui ne pourront pas circuler en transports en commun (vigie pirate) pour aller à Paris).

Nous espérons que les lettres ouvertes courtoises signées par de nombreux Boulonnais, habitants de GPSO, et spectateurs venant régulièrement dîner à Boulogne avant le spectacle et par de nombreux artistes lui permettront de faire de nouveaux arbitrages et de sauver cette institution vitale.

* Vu les estimations des autres investissements communiquées lors du budget présenté le 2 avril 2015, il se pourrait bien que les travaux votés en décembre 2013 aient été tous estimés HT et non TTC. Or, la TVA 20%… ça renchérit.

 

9 comments for “TOP : Les adieux?

  1. Philippe
    7 mai 2015 at 5:55

    Baguet tel qu’en lui même !
    Cette histoire pourrait devenir une pièce loufoque jouée au TOP, mais elle est trop triste.
    Baguet n’aime pas le théâtre ; en fait il ne connaît pas plus le théâtre que les humanités classiques. Je ne crois pas me tromper en déclarant qu’il n’est venu au théâtre qu’une ou deux fois depuis que le TOP et Olivier Meyer ont succédé a l’épouvantable TBB de B Sevege (que Baguet appréciait?)
    Les décisions de Baguet sont à l’image de celle-ci: Il pense (si!si!), il change d’avis, il conçoit qu’on ne peut jouer au foot sur la scène du théâtre, allez savoir..et il passe a l’acte, sans considération juridique ou humaine.
    Olivier Meyer a refusé, et Baguet semble surpris?
    Si je comprends bien votre historique factuel, Olivier Meyer avait gagné un appel d’offre précis pour une délégation de service public de 5 ans? Comment, de quel droit, Baguet peut-il réduire le contrat à un an, c’est à dire annuler un acte officiel pour proroger un contrat précédent ? Le Conseil Municipal est une simple chambre d’enregistrement, mais que devient le Droit? (Outre ses services, il a 2 ou 3 avocats parmi ses élus, dont le premier adjoint….)
    Le résultat est calamiteux!
    Nous avions un vrai théâtre, un grand directeur et professionnel de théâtre, et en pleine saison nous n’avons plus rien.
    Deux possibilités
    Baguet a fait comme d’habitude et surpris par la résistance d’Olivier Meyer il finit en fiasco
    Baguet voulait se débarrasser d’Olivier Meyer, pas assez souple, pas à sa botte, et il va nous présenter un successeur, un Sevege des temps TBB.
    Baguet tel qu’en lui même !

  2. Claude
    7 mai 2015 at 10:36

    Vous allez fort, Philippe, avec la culture indigente!
    L’Education Nationale a certes subi maintes réformes depuis 50 ans, mais Najat VB n’est ministre que depuis quelques mois, et le latin et le grec, les humanités, étaient enseignes quand PC Baguet allait à l’école.
    Au fait, pouvez-vous nous dire quelles formations furent celles de notre maire?

  3. Agnès Bauche
    7 mai 2015 at 10:50

    Ce serait bien que les commentaires ne soient pas hors sujet.
    Quel que soit le bagage culturel des élus, il faut à une ville de 120 000 habitants avec des ado, des étudiants, des actifs et beaucoup de dynamiques retraités, une culture et un théâtre de qualité. Notre maire n’est pas un champion sportif mais il construit des équipements sportifs (parfois même sur des terrains réservés aux espaces verts). Il n’a pas besoin d’aimer la culture pour donner un directeur à notre musée et conserver notre théâtre aux Boulonnais.

  4. Claude
    7 mai 2015 at 10:56

    Mens sana in corpore sano
    S’il n’est ni sportif ni intello, qu’est-il?

  5. Agnès Bauche
    7 mai 2015 at 11:00

    Politique.
    Maire
    President de la communauté d’agglomération Grand Paris Seine Ouest
    Conseiller départemental. Vice-président délégué aux finances

  6. Gilbert
    8 mai 2015 at 7:40

    Non, ce n’est pas un mauvais “poisson d’avril” lancé par le Figaro, dans son édition du 1er Avril, qui annonce la démission d’Olivier Meyer, Directeur du TOP, à compter du mois de juin et l’absence de programmation théâtrale, à Boulogne- Billancourt, au delà des 6 prochains mois; cf lien ci dessous.

    03003-20150401ARTFIG00177-theatre-de-l-ouest-parisien-olivier-meyer-jette-l-eponge.php

    La lettre ouverte du personnel du TOP, aux conseillers municipaux de Boulogne- Billancourt, (en pièce jointe), confirme malheureusement la fin probable de ces dix années d’une vie théâtrale exceptionnelle dans notre ville et les inquiétudes du personnel.

    Une délégation de service public n’est certes pas un emploi à vie et la Mairie avait toutes possibilités de rediscuter le cahier des charges du TOP et ouvrir le poste de Directeur à d’autres candidats. Mais il semblerait que les discussions pour le renouvellement du contrat de délégation de service public, avec Olivier Meyer, aient abouti à une signature en janvier 2015, remise en cause unilatéralement par le maire, au mois de mars.

    Quand j’entends parler de culture, je sors ma rigueur budgétaire. L’argument budgétaire et le souci louable de ne pas augmenter les impôts des Boulonnais auraient été évoqués. La culture est souvent malheureusement une variable d’ajustement ou un bouc émissaire, lorsqu’une équipe manque d’imagination pour tenir ses budgets et qu’elle ne tient pas les activités artistiques en très haute estime.
    Mais pourquoi une décision si soudaine?
    Des projets insulaires encalminés auraient ils déclenché un tel signal d’alarme? C’est en l’occurrence un fleuron de l’attractivité de Boulogne- Billancourt, bien au delà de notre commune, qui risque d’être sacrifié et disparaitre, sans contre projets culturels prévisibles .
    Indépendamment des réactions politiques de l’opposition municipale, il faut que les habitants de notre cité expriment leur attachement à leur théâtre et leur reconnaissance à l’égard du remarquable travail accompli pendant ces dix années par Olivier Meyer et son équipe.

  7. Delphine
    13 mai 2015 at 9:29

    Un joli commentaire, qui reflète notre sentiment, est lisible sur le site de l’une des pétitions :
    « Le hasard gagnant d’une tombola offerte par nos commerçants boulonnais, il y a maintenant une douzaine d’années, nous a fait connaître le TOP. Spectateurs ponctuels de spectacles franciliens, nous avons délaissé les communes voisines pour découvrir avec assiduité la programmation culturelle de Boulogne.
    Monsieur MEYER a largement contribué à notre intérêt par les représentations théâtrales très éclectiques qu’il a su proposées depuis cette dernière décennie.
    La diversité et l’originalité de sa programmation nous a ouvert un large choix de distractions et de réflexions. Le rire, l’émotion, l’admiration, le contentement, mais aussi l’ennui d’une pièce mal comprise, ont jalonné notre vie d’amateurs du théâtre boulonnais.
    Nous avons apprécié son respect du public en permettant l’accès au théâtre à toutes les tranches d’âges, à tous les milieux socioculturels, aux scolaires, mais aussi au groupe de personnes en situation de handicap mental dépendant d’une structure que je dirige, en le laissant puiser dans ce florilège, les pièces qui correspondent à leurs aspirations sans privilégier tel ou tel groupe de pensées.
    Le TOP est pour nous notre lieu de découvertes de culture, osant la philosophie, le classique, l’aventure contemporaine, les one-man-show ou one-woman-show…
    La visite des coulisses, des ateliers et l’explication des termes utilisés au théâtre est une idée originale et instructive qui a accentué la connaissance de ce monde artistique.
    En un mot, merci Monsieur MEYER ; merci à toute son équipe ! Merci à tous les artistes !

    Dommage et révoltant que cette réussite culturelle s’achève ainsi et que le TOP, privé de sa direction, nous oblige à regarder ses portes se fermer à la place de l’ouverture de son rideau !
    Néanmoins, nous formulons beaucoup d’espoir pour que le TOP reste un fleuron de notre ville et que demain nous soyons encore présents pour applaudir l’engagement des intermittents du spectacle. »

  8. Claude
    17 mai 2015 at 3:24

    Baguet est-il riche?
    Puisqu’on ne prête qu’aux riches…
    Et si toute cette malheureuse histoire avait un sens?
    Si Baguet avait un successeur à préférer à Olivier Meyer, et donc l’obligation de rompre la délégation de service public en poussant Meyer à bouts, ce qui permettrait de clamer « c’est pas ma faute! C’est Meyer qui ne veut plus »

    Trop machiavélique ?
    Je crains que Machiavel soit inconnu de Baguet, mais de telles manœuvres de sérails assez spontanées.

  9. Agnès Bauche
    18 mai 2015 at 3:07

    En tous cas, l’explication d’un conseiller de la majorité municipale au Conseil du 2 avril : c’est que Meyer voulait prendre sa retraite… et que donc, ça l’arrange. C’est actuellement le bruit qui court. Mais au fait, pourquoi a-t-il signé en janvier la convention de 5 ans qui lui avait été envoyée par le maire? Juste pour pouvoir l’annuler en mars?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti robots * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.